Le territoire de la Pourvoirie Jesmer fut développé et mis à la disposition du public dans les années 1950. C’est aussi une histoire de rêveur qui voulait faire profiter « le monde » de ces espaces naturels où la qualité de la pêche à la Truite et de la chasse à l’Orignal était phénoménal. À l’instar du territoire de la pourvoirie Tibériade, il s’agit d’un milieu relativement montagneux qui est aussi scindé par une rivière. En effet, la rivière aux Bleuets descend du nord au sud, non sans vacarme, et se jette dans la rivière Bazin qui délimite les secteurs sud du Jesmer. Étrangement, à l’ouest de la rivière on pêche de la truite mouchetée alors qu’à l’est, on pêche essentiellement du brochet du nord, de belle taille de surcroît.

Pour des raisons évidentes de qualité d’habitat, la population d’orignaux est de forte densité. La chasse se fait aussi à la méthode traditionnelle, à pied par des sentiers. Des miradors sont érigés aux endroits stratégiques et des embarcations sont à la disposition des chasseurs.

La pêche à la truite réserve aussi son lot de surprises. Aucun ensemencement n’a été fait dans ces lacs. La truite indigène est vorace et prendre des spécimens de 1 kilo est un fait courant. Cependant, faut-il dire qu’il ne s’agit pas de la moyenne des prises.

Depuis quelques millénaires, des familles de brochets du Nord ont élu domicile aux deux lacs Dorothy. Fait particulier, les eaux seraient plus propices à la survie de la truite mouchetée. Sincèrement, peu de gens osent se baigner dans ces eaux tant la population de brochets est élevée et de grande taille. Une moyenne de 4 kilos est chose commune et des brochets de 12 kilos furent même pris, particulièrement au lac Grand Dorothy. On dit que les familles de canards ne font pas longue vie sur ces lacs. Il existe de nombreuses histoires à ce sujet…

Évidemment, plusieurs autres espèces sont présentes sur le territoire. L’ours noir, le loup, le renard et le lynx roux sont fréquemment aperçus, mais contrairement aux mythes, ils ne font pas face à l’humain assez longtemps pour pouvoir réellement les observer. Par contre, le castor est omniprésent sur l’ensemble des territoires de même que la loutre et la martre d’Amérique. En se faisant discret en fin de journée, il est possible de les voir en action.

Pour les passionnés d’ornithologie, plusieurs espèces d’oiseaux sont présentes dont le majestueux « aigle » pygargue à tête blanche, qui a érigé un immense nid à quelques kilomètres au sud. Il survole souvent le territoire Jesmer. Au printemps, plusieurs lignées de canards s’arrêtent sur nos lacs pour y mettre bas et vous vous réveillerez à coup sûr sous le chant des huards.

Le territoire Jesmer abrite une diversité faunique fascinante et peu commune. S’y rendre, c’est s’imprégner du rythme de la vie animale.

Pourvoiries au Québec, Canada
Carte du territoire

Tarifs